RSS

Archives d’Auteur: aveugle

À propos de aveugle

Né à Bromptonville, dans la belle région de l'Estrie, Jonathan Reynolds est un auteur d'épouvante.

Terrificorama : résumé

Terrificorama

 

Pour la première fois, Amélie s’approche de Christophe-le-Geek, Zoé-la-Zombie et Georges- la-Bedaine. Dernièrement, elle a découvert leur projet méconnu, mais passionnant : une revue amateur contenant des textes et des photos sur les lieux supposément hantés de leur ville.Amélie a toujours adoré le surnaturel et les légendes urbaines.

Ensemble, ils visiteront l’ancienne école primaire de la ville, abandonnée depuis longtemps. Et ce qu’on raconte sur cet endroit n’est rien comparé à ce qui s’y cache vraiment.

Ils auront peur. Vraiment peur.

*

Collection ZONE FROUSSE

Septembre 2014

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 17, 2014 dans Uncategorized

 

Écoutez à vos risques et périls…

Vous aimez les zombies? Vous les détestez? 

Voyez ce qu’en pensent mes ami(e)s de la revue Clair/Obscur dans ce premier PODCAST.

image3

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 16, 2014 dans Uncategorized

 

Extrait de Terrificorama

Voici un court extrait de mon roman Terrificorama (à paraître en septembre 2014) :

 

Amélie a envie de tout laisser tomber. Mais après quelques secondes pendant lesquelles son coeur bat la chamade, elle se ressaisit. Après tout, les monstres n’existent pas quand on a douze ans…

 

Vous aurez peur.

Vraiment peur.

Terrificorama

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 12, 2014 dans Uncategorized

 

Vous aurez peur

Vous aurez peur

Vous aurez peur.

Automne 2014

Détails de la couverture : TERRIFICORAMA

 

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 4, 2014 dans Uncategorized

 

J’aurais préféré ne jamais me réveiller

Je n’ai pas osé entrer dans la maison. Le toit est un bon compromis. Où puis-je aller d’autre? J’ai déjà tenté de fuir loi, de rouler sur l’autoroute jusqu’à… mais quand j’ai rouvert les yeux, après une nuit imposée, j’étais de retour chez moi. Chez lui? Oui, ce serait plus juste de nommer les choses ainsi. Sans mentir. Mon corps ne m’appartient presque plus, alors cet endroit… encore moins.

Aujourd’hui, je ne pense pas avoir perdu connaissance et lui avoir abandonné les commandes. Heureusement, il n’a pas faim chaque jour. Ça prend du temps, digérer un corps humain. Et mon âme, elle, combien ça lui prendra de temps pour l’engloutir, l’anéantir jusqu’à la dernière parcelle de vie?

Avant, j’étais endormie. Comme Bromptonville en ce moment, où les rues sont désertées peu à peu. 

J’aurais préféré ne jamais me réveiller.

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

 

Extraits de la novella SAM, publiée dans l’anthologie AGONIES, 2011

Photos : Jonathan Reynolds et Julie Ray, 2014

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le juin 30, 2014 dans Uncategorized

 

Terrificorama

TERRIFICORAMA.

C’est le titre de mon prochain roman d’épouvante jeunesse dans la collection ZONE FROUSSE.

J’ai tenté d’écrire mon histoire la plus effrayante pour le groupe d’âge 8-12 ans.

Plus de détails au courant de l’été.

Parution prévue : septembre 2014

 
1 commentaire

Publié par le juin 15, 2014 dans Uncategorized

 

Vendredi dernier

Vendredi dernier, tu es parti. Mais tu l’as fait comme tu le voulais. Dans ton sommeil.

Ta passion pour la littérature jeunesse était contagieuse. Tu écrivais, tu éditais.

Oui, tu éditais. Mais pas avec ta tête. Avec ton coeur.

En peu de temps, tu as fait, non pas plus, mais mieux que bien d’autres avant et après toi.

De nos conversations, je vais me souvenir. De ton enthousiasme. De ta persévérance. Jusqu’au bout.

Repose en paix, cher Pierre, ta passion reste bien vivante, en moi.

Image

Pierre Chartray (1959-2014)

 
3 Commentaires

Publié par le juin 9, 2014 dans Uncategorized

 

Si ça te tente…

Je me suis patenté un petit site internet d’auteur (qui sera en constante évolution au fil du temps), si ça te tente de le visiter, c’est par ICI.

Sinon, ce n’est pas plus grave, je te reviens bientôt avec un autre billet. ;-)

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 26, 2014 dans Uncategorized

 

Quand j’étais ado, Bromptonville et son canton

Ce n’est pas la première fois que je t’en parle. Mais une fois de temps en temps, j’aime ça revenir sur le sujet. Parce que ça me tente de partager avec toi des souvenirs. D’habitude, j’en mets en scène dans mes histoires. Un peu, beaucoup. Mais ça me tente de t’en parler, comme ça, de vive voix. Mais inquiète-toi pas, ça ne sera pas trop long.

Image

C’est pas tellement grand. Mais ça l’est un peu plus que quand j’étais ado. Quand même, je préfère l’appeler par son vrai nom. Bromptonville. Pas l’arrondissement 1 de Sherbrooke. Non, Bromptonville.

Image

Un moment donné, j’aimerais bien te faire visiter même si ça a changé pas mal depuis. Tiens, pendant que je t’en parle, regarde, je t’ai apporté des cartes qui datent de cette époque.

Dans les année 90, quand j’étais ado pis que le restaurant principal, notre endroit fétiche, c’était Alain Pizza Plus (RIP). Oui, oui, cette place pas trop grande sur la même rue que l’école primaire, que l’église, que le dépanneur Chez Ti-Groulx (RIP), que le bureau de poste. C’était pas trop loin des parents de mon ami Marc, un peu plus loin de ceux de François Pierre pis des miens.

Image

On avait notre place, celle près des toilettes. Des fois, Dominic nous accompagnait, quand on le croisait par hasard sur la rue. On jasait de tout, de rien. De ce qui était important pour nous. On pensait que tout allait rester comme ça, que rien n’allait changer. Que le cocon tissé de films (qu’on louait au Club Vidéo Brompton (RIP)), de jeux de rôles, de livres (King, Lovecraft, Koontz, Masterton,…), de disques (livrés par la poste de Columbia House), des filles (principalement celles de la télé ou sur les posters, les autres, on était trop geeks…) serait toujours autour de nous.

Image

On parlait de ça pis du reste en attendant notre pizza, nos frites, notre pichet de liqueur. Imagine l’odeur des épices, celle de la friture aussi. Pis les serveuses étaient jolies. En plus, elles connaissaient exactement notre commande.

- Même chose que d’habitude, les gars?

On hochait la tête, sourire aux lèvres. Des vrais habitués de la place. Je me rends compte, pendant que je te jase de ça, que, depuis qu’Alain Pizza Plus est fermé, je ne suis plus un habitué-de-la-place, je n’ai plus créé de réel attachement avec d’autres lieux.

Image

 

Des fois, on osait se parler (mais en chuchotant) du sorcier McNeil ou de Sam, l’ado cannibale. On se rassurait en se disant que c’était juste des histoires, que c’était pas vrai. Quand même, quand on jasait de ça, j’avalais mes frites de travers. Parce que moi, je savais bien que dans le canton de Brompton, ça avait eu lieu. Que la légende de McNeil, c’était pas juste une légende.

Mais toi non plus, tu ne veux pas y croire. Ça serait trop terrible, pas assez rationnel. C’est pas grave. Tant que tu vas pas dans le canton, sur la vieille terre de McNeil… Je te dirai pas son emplacement exact. Parce que tu serais tenté d’y aller. Pis ça, ça serait grave.

Image

 

 

 
4 Commentaires

Publié par le mai 22, 2014 dans Uncategorized

 

C’est très encourageant!

La prévente annuelle des Six Brumes va bon train!

Image

En effet, en ce moment, nous avons atteint 60% de l’objectif!

 

Merci aux 51 premiers passionné(e)s qui prouvent qu’ensemble, nous pouvons faire vivre l’imaginaire. :-)

 

Un petit rappel des livres en prévente :

- Jardin de chair, drame d’horreur de Frédéric Raymond

- 6, chalets des brumes (collectif dont-vous-êtes le héros)

- Anthologie 10e anniversaire de la revue Brins d’Éternité

 

Et l’aventure continue : PRÉVENTE 2014

 

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 11, 2014 dans Uncategorized

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.