RSS

Archives d’Auteur: aveugle

À propos de aveugle

Né à Bromptonville, dans la belle région de l'Estrie, Jonathan Reynolds est un auteur d'épouvante.

Une fin de semaine de rêve (…ou de cauchemars?)

Quand j’étais au primaire, on parlait de Freddy Krueger dans la cours d’école. J’étais sûr qu’il existait et que si je m’endormais, il allait venir me tuer.

Puis, mon grand-frère m’a expliqué que c’était un personnage fictif, que ce n’était qu’une série de films de peur.

Quand même, au club vidéo de Bromptonville, les pochette de VHS m’effrayaient.

Vers 8 ou 9 ans (si ma mémoire est bonne), un ami de mon grand-frère avait apporté le 3e (A Nightmare on elm street 3 : Dream Warriors) et j’étais super content d’enfin voir ce que c’était vraiment.

Nightmare-on-Elm-Street-3

J’avais adoré autant que j’avais eu peur. Là, dans la cours d’école, on en parlait encore plus. Et on voulait en voir plus aussi. Le genre de l’horreur commençait déjà à me fasciner, à prendre racine en moi. Autant, j’en avais peur, autant je voulais continuer.

Mais c’est vraiment quand j’ai vu le premier, l’original, qu’il s’est passé quelque chose en moi.

Noes

J’avais 13 ans, je regardais des Friday the 13th, des Halloween, des Alien, des Evil Dead… mais c’est A Nightmare on Elm Street (1984) qui allait devenir mon film préféré et ce, dès le premier visionnement. J’avais eu vraiment peur. L’histoire est excellente, originale et représente pour moi une critique des travers de la société. L’ambiance est unique, onirique (par la musique et les décors). Les personnages sont vrais, vivants (pas seulement de la chair à couteaux). Nancy, la personnage principale, est encore une ado au début du film mais au fil des scènes et des cauchemars qu’elle affronte, elle devient une adulte qui se tient debout et qui n’a pas froid aux yeux. Ce n’est pas une victime qui se sauve éternellement, non, elle veut découvrir la vérité, déterrer le passé pour comprendre et organiser une manière de régler le problème, de vaincre cet être de cauchemar qui a assassiné ses ami(e)s. Et le monstre, Freddy Krueger, est inoubliable.

LWS - Nancy

À 14 ans, j’ai acheté la VHS en français (Les Griffes de la nuit) au club vidéo (elle était en dessous du comptoir, à 13$). Je l’ai regardé très souvent avec des amis. Et à chaque écoute, je découvrais de nouveaux détails, de nouvelles subtilités, le film m’habitait davantage. Et je me reconnaissais de plus en plus dans le personnage de Nancy, pour moi, c’est un modèle de courage.

Après toutes ces années, c’est toujours mon film préféré. Et la VHS est toujours en bon état. Et maintenant, elle est autographiée.

La consécration de ma VHS.

La consécration de ma VHS.

Parce qu’en fin de semaine, je suis allé au Montréal Comic Con pour rencontrer :

1) Robert Englund (Freddy Krueger)

Quand il m'a vu avec mon chandail de Jason, il m'a lancé à la blague avec sa voix de Freddy : WROOOOONG SHIRT!!!

Quand il m’a vu avec mon chandail de Jason, il m’a lancé à la blague avec sa voix de Freddy : WROOOOONG SHIRT!!!

2) Heather Langenkamp (Nancy Thompson)

Nous avons bien ri en prenant cette photo : elle me disait : GO, STRANGLE ME! (Vas-y, étrangle-moi). Et moi, je n'osais pas, je ne voulais pas faire mal à Nancy...

Nous avons bien ri en prenant cette photo : elle me disait : GO, STRANGLE ME! (Vas-y, étrangle-moi). Et moi, je n’osais pas, je ne voulais pas faire mal à Nancy…

3) Amanda Wyss (Tina Grey, meilleure amie de Nancy)

Tina, la première victime de Freddy, est vraiment gentille et m'a assurée que je n'étais pas un fan trop envahissant (fiou!) Non, mais on ne sait jamais avec un geek! ;-)

Tina, la première victime de Freddy, est vraiment gentille et m’a assurée que je n’étais pas un fan trop envahissant (fiou!) Non, mais on ne sait jamais avec un geek! ;-)

Et je ne pouvais pas passer à côté de ce moment inoubliable, cette photo de famille pour célébrer les 30 ans de mon film préféré :

Sur cette photo, la première de toutes que j'ai prise, j'étais tellement nerveux que je ne respirais plus. :-)

Sur cette photo, la première de toutes que j’ai prise, j’étais tellement nerveux que je ne respirais plus. :-)

Aussi. je suis allé leur parler et faire autographier ma fameuse VHS. Et ils sont vraiment gentils tous les trois : j’ai jasé un bon 5 minutes avec chacun d’eux (et un peu plus avec Heather que j’avais croisé à la conférence de presse, le jeudi midi… et qui me reconnaissait à chaque fois qu’on se voyait. You, again?)

À la conférence de presse du jeudi midi, j'avais les jambes molles et le coeur qui battait à cent milles à l'heure!

À la conférence de presse du jeudi midi, j’avais les jambes molles et le coeur qui battait à cent milles à l’heure!

Quelques exemples :

- Robert Englund m’a dit que j’avais de la passion dans les yeux. Il m’a demandé ce que je faisais dans la vie. Quand je lui ai dit que j’écrivais des histoires de peur et que c’était en bonne partie grâce à ce film, il m’a souhaité du succès dans ce qui me passionnait. J’en ai eu les larmes aux yeux.

- Heather Langenkamp savait que j’étais un gros fan du film alors, souriante, elle m’a demandé de chanter avec elle la comptine que les enfants fredonnent sur la légende urbaine de Freddy :

Même si je la connais par coeur en français et en anglais, je me concentrais fort pour ne pas me tromper. Ce n'est pas tous les jours que Nancy nous demande de la chanter avec elle...

Même si je la connais par coeur en français et en anglais, je me concentrais fort pour ne pas me tromper. Ce n’est pas tous les jours que Nancy nous demande de la chanter avec elle…

- Amanda Wyss m’a demandé de lui apprendre quelques mots en français (Cauchemar, Griffes…). Elle n’étais jamais venu à Montréal et était très contente de voir des fans québécois si passionnés par ce qu’ils ont fait il y a 30 ans…

J’ai assisté à leur conférence sur le 30e anniversaire du film. J’étais dans la première rangée, juste en avant d’eux (pour une fois, il n’y avait pas un grand jack assis devant moi pour me cacher la vue… non, mais, tsé, quand on est petit…) pour entendre les anecdotes qu’ils nous partageaient sur le tournage, selon les questions du public.

J’ai aussi assisté à la représentation du film I AM NANCY, avant laquelle Heather disait quelques mots et faisait tirer des exemplaires du DVD. Et, comme c’était ma fin de semaine, j’en ai gagné un! Il suffisait de répondre à des questions. Celle à laquelle j’ai répondu est : de quelles couleurs sont les fleurs sur le pyjama de Nancy? Facile : rose et vertes (avec un peu de jaune au milieu). C’est un excellent documentaire pour les fans, dans lequel pour une fois, on ne parle pas de la Freddymania mais de la possibilité d’une Nancymania. Parce que, je suis d’accord, Nancy est aussi importante que Freddy : oui, il est plus populaire, c’est sûr, c’est le méchant et il est cool. Mais c’est comme pour Dieu/Le diable, Docteur Loomis/Michael Myers, Ripley/Alien…, c’est le ying et le yang. L’équilibre parfait. Le monstre et celle qui l’affronte.

Je pourrais en parler pendant des heures. Je m’en souviendrai toujours. Je ne regrette pas un seul instant de ma fin de semaine. Pour moi, c’est comme si ça bouclait une boucle, comme de rencontrer des muses (merci à Philippe-Aubert Côté pour avoir trouvé les mots justes qui expliquent ce que j’ai vécu).

30 ans de cauchemars… en une fin de semaine de rêve!

***

En bonus, j’ai serré la main et jasé un peu avec Georges A Romero, Ken Foree, Tracy Lords, Danny Glover, The Soska Sisters et Katharine Isabelle.

UN IMMENSE MERCI ET BRAVO À L’ÉQUIPE DU MONTRÉAL COMICCON!!!!!

 
13 Commentaires

Publié par le septembre 15, 2014 dans Uncategorized

 

Vous êtes invité(e)s!

10636247_10154778057805314_73042058523280408_n

 

QUOI :

LANCEMENT des publications de l’automne 2014 des éditions Les Six Brumes et du numéro 39 de la revue Brins d’éternité.

QUAND :

Samedi le 11 octobre / Dès 17h00

OÜ :

L’Amère à boire / 2049 rue Saint-Denis, Montréal

POUR QUI :

Pour les gens qui aiment la littérature de l’imaginaire

POURQUOI : 

Pour rencontrer des auteurs, éditeurs, lecteurs, artistes et extraterrestres passionné(e)s

*

DÉTAILS

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le septembre 1, 2014 dans Uncategorized

 

Merci Patrice Cazeault et Amélie Dubé!

Il n’y a pas si longtemps, Patrice Cazeault et Amélie Dubé ont eu l’idée de lancer une action concrète pour la littérature québécoise :

aout3

Une idée toute simple qui est devenue un événement Facebook qui est devenue un véritable phénomène de masse. Déjà plus de 10000 personnes participent!

Pour chacun, c’est un petit geste mais pour la littérature d’ici, ça compte beaucoup!

Je tiens à vous remercier Patrice et Amélie parce que ça fait bouger les choses. Ça fait avancer notre culture, celle qui vaut la peine d’être lue dans toute sa diversité, dans un imaginaire unique.

Voici ce que je me suis procuré ce matin à ma librairie de quartier, la Librairie Paulines.

Moi le 12 août 2014

 
2 Commentaires

Publié par le août 12, 2014 dans Uncategorized

 

Málmhaus

Hier soir, je suis allé voir le film Metalhead (Málmhaus, 2013) dans le cadre du Festival Fantasia. Je ne savais pas à quoi m’attendre sinon un film de fiction (et non un documentaire) pour les fans de musique Métal.

Metalhead_English_Poster

J’ai adoré. 

C’est un drame à la fois touchant et glacial, drôle par moment, tragique, profondément humain. C’est l’histoire de Hera, une jeune adolescente qui voit son frère, amateur de musique Métal, mourir brutalement. Elle devra confronter ce deuil et apprendre à grandir, à devenir adulte, parmi cette famille, cette société qui lui semble désormais si loin, trop différente d’elle.

60DlQx1

Malgré sa froideur, son obsession pour la mort, Hera devient rapidement attachante et en tant que spectateur, on se soucie de son sort, on retient son souffle face à ses décisions (bonnes et mauvaises), on comprend son individualisme marqué. On souhaite qu’elle parvienne à se sentir bien avec elle-même.

metalhead_01-thumb-630xauto-41451

Visuellement, le film est époustouflant avec ses lieux qui déstabilisent, qui nous transportent ailleurs. La trame sonore m’a beaucoup plus, moi qui suis un fan de Métal. Comme pour les lieux, elle représente un personnage dans le film, tant elle est importante pour Hera. 

Je vous le recommande sans hésiter. Que vous aimiez la musique Métal ou non.

 
Poster un commentaire

Publié par le août 5, 2014 dans Uncategorized

 

Terrificorama : résumé

Terrificorama

 

Pour la première fois, Amélie s’approche de Christophe-le-Geek, Zoé-la-Zombie et Georges- la-Bedaine. Dernièrement, elle a découvert leur projet méconnu, mais passionnant : une revue amateur contenant des textes et des photos sur les lieux supposément hantés de leur ville.Amélie a toujours adoré le surnaturel et les légendes urbaines.

Ensemble, ils visiteront l’ancienne école primaire de la ville, abandonnée depuis longtemps. Et ce qu’on raconte sur cet endroit n’est rien comparé à ce qui s’y cache vraiment.

Ils auront peur. Vraiment peur.

*

Collection ZONE FROUSSE

Septembre 2014

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 17, 2014 dans Uncategorized

 

Écoutez à vos risques et périls…

Vous aimez les zombies? Vous les détestez? 

Voyez ce qu’en pensent mes ami(e)s de la revue Clair/Obscur dans ce premier PODCAST.

image3

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 16, 2014 dans Uncategorized

 

Extrait de Terrificorama

Voici un court extrait de mon roman Terrificorama (à paraître en septembre 2014) :

 

Amélie a envie de tout laisser tomber. Mais après quelques secondes pendant lesquelles son coeur bat la chamade, elle se ressaisit. Après tout, les monstres n’existent pas quand on a douze ans…

 

Vous aurez peur.

Vraiment peur.

Terrificorama

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 12, 2014 dans Uncategorized

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.