RSS

Récupération de la terreur!

21 Fév

Un petit billet écolo! Non, non, il ne s’agit pas de parler de trucs VERT mais de récupérer une critique que j’avais écrite en 2009 pour le fanzine Clair/Obscur… Je la mets en ligne ici afin de la partager avec ceux et celles qui ne l’auraient pas lue :

Vous avez sûrement déjà croisé le nom de Pierre-Luc Lafrance dans vos lectures : que ce soit dans des revues, des fanzines ou sur les couvertures de ses excellents romans jeunesse (Y a-t-il un héros dans la salle? 1 et 2, Princesse à enlever, Le pays des yeux-morts et La légende de Bloody Mary), ou pour son implication majeur dans le milieu de la SFFQ (représentant, critique, fanéditeur et détenteur de nombreux prix et mentions pour son travail). Nous voici à présent devant L’arracheur de rêves, son premier roman pour adulte, plus précisément d’un fix-up (plusieurs nouvelles réunies dans un roman). À noter qu’il s’agit de la plus belle illustration de couverture parmi toutes les publications de la maison d’édition Veuve Noire. Chapeau à l’illustrateur François Thisdale. Mais qu’en est-il du contenu? L’histoire commence alors que Marc-Antoine, jeune auteur, aménage dans un logement du Vieux Québec. Dès lors, son sommeil est habité de rêves étranges, qui au fil des nuits, deviennent de terribles cauchemars qui le pousseront à la limite de la folie. Chacun des rêves est une nouvelle, on en compte dix, ayant auparavant parues plusieurs revues et fanzines (Stop, Solaris, Brins d’Éternité, L’écrit primal, Bilboquet,…). On retrouve également une nouvelle inédite (La dernière enquête). Je trouve le concept intéressant. Pierre-Luc Lafrance possède une imagination fertile, accouchant d’histoires originales, parfois comiques, parfois terrifiantes, mais toujours intrigantes à fond. Son style d’écriture se révèle maîtrisé et démontre une belle maturité de sa plume. J’ai adoré toutes les nouvelles de ce fix-up, les titres représentent de véritables hameçons pour notre curiosité de lecteur (Toutes ces voix en lui, Cœur perdu à Québec, Le Rêve est une éternité perdue) et dévoilent une poésie ancrée dans l’imaginaire de Lafrance. Les personnages s’y montrent attachants, les intrigues intéressantes et les lieux bien dépeints. Et que dire des ambiances? En un mot : réussies. Les nouvelles deviennent de plus en plus terrifiantes, au fur et à mesure que les rêves se transforment en cauchemars. L’histoire qui englobe toutes ces nouvelles est tout aussi réussie et nous plonge au cœur du fantastique : se trouve-t-on dans la réalité, dans le cauchemar ou ailleurs? Je lève mon chapeau à un auteur qui avait fait sa place dans le milieu de la littérature jeunesse et sur qui nous devront maintenant compter pour nous faire frissonner, nous, les adultes. Et on ne peut que souhaiter que Lafrance récidive bientôt car les cauchemars auxquels il nous convie sont délicieusement effrayants!

L’arracheur de rêves

Pierre-Luc Lafrance

Veuve Noire éditrice

197 pages, 2008

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le février 21, 2010 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :