RSS

Une poigne de fer dans un gant de velours

25 Oct

J’ai terminé hier soir la lecture du roman « Le deuxième gant » de Natasha Beaulieu, qui a écrit l’excellente trilogie des Cités Intérieures (« L’ange écarlate », « L’eau noire » et « L’ombre pourpre ») publiée chez Alire.

En quelques mots : chef d’oeuvre.

Et je n’exagère pas. J’adorais déjà le style de l’auteure autant dans ses romans que dans ses nouvelles (style qui saisit son lecteur comme une poigne de fer dans un gant de velours) mais là, elle s’est surpassée, a réinventé le roman noir, à mon sens.

Voici le résumé de quatrième de couverture : « Un matin, alors que Marie-Aile Paradis attend l’arrivée de la rame de métro, une femme élégante lui demande son nom avant de se fondre dans la foule. Quelques jours plus tard, la même personne à la sensualité troublante l’accoste de nouveau et, tout en lui offrant un de ses gants, lui murmure à l’oreille : « L’amour naît parfois dans la cruauté. »

Intriguée par ces rencontres fortuites, envoûtée par le parfum qui se dégage du gant et encouragée par Yasmine, sa meilleure amie, Marie-Aile se lance à la recherche de la mystérieuse inconnue. Les seuls indices qu’elle possède : la marque du gant et l’inscription qui s’y trouve, K5566. Or, cette improbable quête va bouleverser la vie de Marie-Aile en obligeant la jeune femme à prendre conscience, à l’approche de son trentième anniversaire,  que son existence, depuis une décennie, se résume à être la victime soumise d’un conjoint obsédé sexuel et l’esclave consentante d’un travail routinier.

De façon inattendue, Marie-Aile obtient un nouvel emploi qui lui plaît. Toutefois, une série de lettres reçue de façon anonyme la plonge au cœur d’un nouveau mystère dont l’origine semble remonter à la Seconde Guerre mondiale. Alors même qu’elle tente de reprendre sa vie en main – son quotidien ressemble de plus en plus à un enfer –, Marie-Aile réalise qu’elle ne cesse d’être manipulée par les uns et les autres, et que son destin ne lui appartient peut-être plus… »

La manipulation… Natasha Beaulieu parvient avec brio à manipuler son lecteur qui croit dur comme fer à des solutions aux énigmes posées alors qu’il en est tout autrement! L’intrigue nous amène dans en territoires inconnus, différents de ce qu’on peut s’attendre, accompagné par des personnages plus vivants, plus vrais que tout ce que vous avez pu lire cette année.

Et la fin! Quelle finale audacieuse, originale, personnelle.

Chapeau bas à l’auteure pour avoir surpassé mes attentes, des attentes qui étaient déjà très hautes.

À lire.

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 25, 2010 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :