RSS

Lecture no.5 : Manitou

04 Fév

« Manitou »

Auteur : Graham Masterton

Éditeur : Pocket

Collection : Terreur

Année de publication : 1990

Résumé de quatrième de couverture : « Chaque nuit, Karen faisait d’épouvantables cauchemars. Chaque matin, la tumeur qui déformait son cou était un peu plus grosse. Une tumeur inopérable qui laissait les médecins perplexes et qui bougeait imperceptiblement, comme s’il y avait quelque chose de vivant sous la peau… quelque créature diabolique qui ne rêvait que d’effroyables massacres! »

Commentaires de lecture : Quand j’étais adolescent, j’avais découvert Graham Masterton avec son roman « Apparition» que j’avais trouvé excellent (amateurs de Lovecraft et de sa nouvelle « La Maison de la sorcière»? Il s’agit d’une suite en quelque sorte…)

Par la suite, j’avais lu quelques autres livres de cet auteur anglais, tous très bons, comblant le fan de gore et de grand-guignolesque en moi. Car la plupart des histoires de Masterton présentent des intrigues intéressantes, très lovecraftiennes à la base, et des scènes de violence souvent inouïe, sans tomber dans le sérieux. Chacun de ses livres se compare à un bon film de série B.

Dans le cas de « Manitou » qui est son premier roman publié (la version originale anglaise était parue en 1975), je dois avouer que j’ai moins aimé que les précédents livres que j’ai pu lire de Masterton.

Il est bien, présente des thèmes chers à l’auteur (le retour d’un puissant démon des temps anciens) et des personnages aux comportements familiers (très sceptiques au départ, puis deviennent peu à peu ceux qui veulent combattre le Mal) mais j’aurais mieux aimer ce « Manitou » sous la forme d’une nouvelle ou d’une novella car en roman, il y avait des longueurs et une sorte de côté moralisateur (l’homme blanc a fait du mal aux amérindiens dans le passé) dont je me serais bien passé (ou du moins, mentionné une fois, c’est correct mais après 4 ou 5 reprises, ça commence à tomber sur les nerfs).

Malgré tout, la première moitié de l’histoire est efficace et l’auteur parvient à maintenir un bon suspense. Malheureusement, aussitôt que les éléments surnaturels commencent à arriver (et en quantités astronomiques en plus!), on tombe en terrain glissant où on n’y croit plus, en tant que lecteur, et où on s’en fout pas mal de ce qui va arriver aux personnages… C’est dommage, je m’attendais à mieux.

Bref, un premier pas un peu maladroit d’un auteur qui a, selon moi, publié de biens meilleurs romans au fil des années.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Graham_Masterton

http://pocket-terreur.over-blog.com/

 

 

Publicités
 
5 Commentaires

Publié par le février 4, 2011 dans Uncategorized

 

5 réponses à “Lecture no.5 : Manitou

  1. Frédéric Raymond

    février 5, 2011 at 1:48

    J’ai lu peu de livre de Masterton, mais je viens tout juste de lire sa nouvelle Eric the Pie et il m’a vraiment jeté par terre. Je ne croyais pas que Masterton pouvait être aussi extrême.

     
  2. aveugle

    février 5, 2011 at 1:05

    Je n’ai jamais lu celle-là, elle est dans une anthologie?

     
  3. F.M

    février 5, 2011 at 1:41

    Bonjour,
    J’ai signalé votre article sur le blog :
    http://lire56.over-blog.com
    Page : premier roman
    Cordialement

     
  4. Frédéric Raymond

    février 5, 2011 at 2:05

    Hé bien! Je l’ai lu dans le chapbook Tales too extreme for Cemetery Dance, mais en fouillant sur internet je l’ai trouvée en pdf!

    http://www.grahammasterton.co.uk/pdf/eric.pdf

     
  5. aveugle

    février 5, 2011 at 2:20

    Super, merci! 🙂

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :