RSS

Lecture no.11 : Pandémonium Cité

17 Mar

Titre : « Pandémonium Cité »

Auteur : David Bergeron

Éditeur : Coups de tête

Année de publication : 2011

 

Résumé de quatrième de couverture : « Philippe revient d’un voyage en Europe où il est parti oublier une rupture douloureuse et aussi échapper à la mort de son père. Il constate que son quartier a bien changé : des gothiques armés arpentent les ruelles, d’étranges hommes occupent l’église catholique abandonnée et ce avec, semble-t-il, l’aval de la police. Avec son ami Vlad, un rescapé de la guerre des Balkans, Philippe se retrouve au cœur d’une conspiration sataniste. Des chèvres seront sacrifiées, des hommes tenteront de faire d’anciens dieux disparus, et tant Philippe que Vlad risqueront leur vie pour empêcher les conspirateurs de mener à bien leur projet. Ils ne savent pas encore que c’est l’enfer qui les attend. David Bergeron signe ici un premier roman écrit de main de maître, dans lequel il nous tient, haletant, les fesses sur le bout de notre chaise. »

Commentaire de lecture : Dès que j’ai vu la couverture de ce roman, j’ai été intrigué. Rouge vif. Un pentagramme inversé au centre duquel apparaît un oeil et derrière, un visage à l’air malsain. Et puis, le titre, « Pandémonium Cité » m’a rapidement séduit. Aussi, je n’avais jamais lu de David Bergeron (avant ce roman, il a publié trois livres chez Écrits des Forges) et je suis toujours curieux de découvrir un auteur que je ne connais pas.

Et dans ce cas-ci, ça a été une belle surprise.

La plume de Bergeron, un style sans fioriture inutile, va directement au but : celui de nous faire passer un sacré bon moment. On entre dans l’intrigue en suivant Philippe, un personnage principal attachant, vrai, aux blessures récentes.

« Il rentre chez lui, roule son premier joint de la journée et essaie de ne pas penser à ce que Jeanne aurait voulu lui dire sur le répondeur, à tout ce que Jeanne a gardé pour elle au fil des années parce qu’il n’était pas disponible, parce qu’il n’y avait pas de place pour elle dans son labyrinthe. »

Et rapidement, on le suit au fil de ses investigations, aidé de son ami Vlad, pour comprendre les évènements insolites qui dénaturent son quartier. Qui sont ces gothiques qui hantent les rues environnantes? Et qu’est-ce qui se passe dans l’église abandonnée? Même si un lecteur habitué à ce genre de récit peut deviner certaines des réponses à ces questions, ça n’en demeure pas moins une histoire au suspense palpitant, bourré d’action, et qui se lit à un rythme infernal.

« Dans le rétroviseur, il avise les phares de véhicules d’urgence qui s’approchent et un visage couvert de sang. Foutre le camp. Ne pas se faire prendre. »

Sans vendre la mèche, je peux vous dire que les passages qui se déroulent dans Pandémonium Cité, l’enfer intérieur de Philippe, sont particulièrement intéressants par leur symbolisme et l’ambiance onirique qui s’en dégage.

Un bon petit roman fantastique que je vous recommande sans hésiter.

Oserez-vous entrer dans le terrible labyrinthe de « Pandémonium Cité » et surtout : parviendrez-vous à en sortir vivant?

Advertisements
 
2 Commentaires

Publié par le mars 17, 2011 dans Uncategorized

 

2 réponses à “Lecture no.11 : Pandémonium Cité

  1. Michel Gingras

    mars 17, 2011 at 3:53

    Il est sur ma liste de livres à acheter lors du SLQ. J’aimerais me le procurer maintenant, mais je résiste jusqu’au salon du livre et me permettre en même temps de rencontrer les auteurs. Sur ma liste: Bolduc, Durand et celui-ci en font parti. Bref, je repartirai du SLQ avec plusieurs auteurs québécois dans mon sac 🙂 Merci pour ta critique sur ce livre qui, déjà, m’intéressait. Tu viens de me donner encore plus l’envie de l’acheter. Encourageons notre industrie. Jusqu’à présent, j’ai trois livres québécois à me procurer au salon. D’ici là, je lis chacune de tes critiques pour m’aider`à faire d’autres choix. D’ailleurs, qui est le maître du suspense québécois? L’équivalent de Ray Bradbury et d’Hitchcock?

     
  2. aveugle

    mars 20, 2011 at 5:43

    Cool! 🙂
    Pour le maître du suspense québécois… bonne question. Quelqu’un a une idée?

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :