Lecture no.8 : Écriture

Titre : « Écriture : mémoire d’un métier »

Auteur : Stephen King

Éditeur : Albin Michel

Date de parution (de la version française) : 2001

 

Résumé de quatrième de couverture : « Quand Stephen King se décide à écrire sur son métier et sur sa vie, un brutal accident de la route met en péril l’un et l’autre. Durant sa convalescence, le romancier découvre les liens toujours plus forts entre l’écriture et la vie. Résultat : ce livre hors norme et génial, tout à la fois essai sur la création littéraire et récit autobiographique. Mais plus encore révélations de cette alchimie qu’est l’inspiration. Une fois encore Stephen King montre qu’il est bien plus qu’un maître du thriller : un immense écrivain. »

 

Commentaire de lecture : On m’avait souvent recommandé ce livre mais je n’avais jamais prit le temps de m’y plonger. Pourquoi? Je dois avouer que je ne suis pas un amateur d’essai (trop intello à mon goût, souvent), je préfère nettement lire de la fiction (ah! enfin, de l’évasion).

J’ai été agréablement surpris par la simplicité de ce livre. Il se lit dans le temps de le dire et regorge d’informations (anecdotes sur le cheminement de King, trucs d’écriture, réflexions sur le métier et sur la vie) pertinentes et dans un style direct. Ce que j’ai toujours aimé de Stephen King, c’est la simplicité qu’il dégage (autant dans son image que dans son écriture), il est loin de faire parti des littérocrates-pédants-à-souhait-avec-le-petit-doigt-levé-en-l’air de ce monde et ce n’est pas avec ce mode d’emploi sur l’écriture qu’il le devient. 😉

Sérieusement, j’adore les exemples concrets et efficaces qu’il offre à son lecteur en guise d’explications (que ce soit pour travailler de meilleurs dialogues ou des descriptions efficace ou tout autre aspect de l’écriture) . Ce livre, écrit par un autre, aurait pu devenir prétentieux et lourd mais non : ici, c’est pour tout le monde.

Je partage avec vous un court extrait qui m’a touché : «… si vous êtes assez courageux pour vous lancer, vous y arriverez. Écrire est magique, écrire est l’eau de la vie au même titre que n’importe quel art. L’eau est gratuite. Alors, buvez. Buvez, buvez à satiété. »

Vous avez besoin d’un bon coup de pied dans le &*! » pour vous décider à écrire ou à continuer à le faire? C’est le livre qu’il vous faut. Je le recommande à tous. Oui, de l’écrivain chevronné au débutant plein d’espoir et même aux curieux qui ne désirent pas écrire. Vous y trouverez tous votre compte.

À demain pour la lecture no.9!

Publicités

Pas de lecture la semaine passée

…En fait oui, mais elle n’est pas complétée. Mais qu’à cela ne tienne, je vais vous fournir deux commentaires de lecture la prochaine fois.

Ce n’est pas par lâcheté, je n’ai vraiment pas eu le temps de lire : j’étais au Salon du Livre de l’Outaouais toute la semaine.

Comme je n’avais jamais visité Gatineau, je ne savais pas trop à quoi m’attendre.

Et c’est très bien ainsi car j’ai été agréablement surpris par la gentillesse des gens là-bas. J’ai parlé à beaucoup de lecteurs, j’ai parlé de moi et de mon parcours d’écrivain à 3 collégiens super dynamiques pour leur journal (La cité collégiale), j’ai rencontré de nouveaux collègues…

Bref, une belle semaine, un beau salon.

Un IMMENSE merci à Keven Girard pour avoir représenté avec courage Les Six Brumes. http://kevengirard.unblog.fr/

Un GROS merci à Yanik Comeau pour tout. Sans toi, ça n’aurait vraiment pas été possible. http://www.comunikmedia.com/index.php

Un CHALEUREUX merci à Claude Bolduc pour une visite nocturne de son terrible antre et de ses bouteilles délicieusement sournoises http://claudebolduc.tripod.com/

À l’avant : Keven Girard, moi et Pierre H. Charron (auteur de l’excellent «L’incident»). À l’arrière : Claude Bolduc, le maître de vos cauchemars!