RSS

Archives Mensuelles: avril 2011

Nouvelle page

Ce matin, j’ai ajouté une nouvelle page dans l’entête ci-haut. Il s’agit d’une compilation de tous mes commentaires de lectures depuis la naissance de cet antre virtuel.

Bonne(s) lecture(s)!

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le avril 30, 2011 dans Uncategorized

 

Lecture no.16

Titre : « Les Enfants Dracula tome 4 : La fête des morts »

Auteur : Yanik Comeau

Éditeur : Les Éditeurs Réunis

Année de parution : 2011

Résumé de quatrième de couverture : « À la suite d’un assaut terrible, Sarah Duvall se réveille à l’hôpital, en présence de son père biologique. Mais le comte Dracula aura beaucoup de mal à gagner le coeur de sa fille…

Inquiets pour le soeur, Milos et Elizabeth entendent se rendre à son chevet. Se laissant entraîner par ses compagnons, l’aîné des héritiers du comte se retrouve dans une situation équivoque qui lui fait découvrir les pénombres de son état de vampire.

Tandis que des créatures des ténèbres se soulèvent contre Dracula, les enfants du maître peinent à sceller leurs amitiés et leurs amours, toujours déchirés par la promesse qui les lie par le sang. À l’approche de la fête des Morts, date fatidique à laquelle sonnera l’heure des bilans, les lignes se tracent entre les vampires du mal et les vampires du bien.»

Commentaire de lecture : Suite à la lecture du tome 1 et des tomes 2 et 3 que j’ai vraiment aimé, je me suis précipité sur le tome 4 à sa sortie pour découvrir une surprise de taille qui m’attendait : le livre était dédié à mon nom. 🙂

Mais ce n’est pas la seule surprise que ce tome 4 me réservait… À mon grand bonheur, l’ambiance est plus sombre que dans les précédents, les personnages (toujours aussi attachants et bien développés qu’auparavant) sont confrontés à des problèmes plus importants, des conséquences plus tragiques face aux choix qu’ils posent et on a droit à quelques scènes bien sanglantes sans toutefois tomber dans le gore (il ne s’agit pas d’horreur quand même!).

Encore une fois, le côté « vampirique » de l’intrigue ne m’a pas semblé cliché, ou emprunté à d’autres séries, Yanik Comeau a su se démarquer des nombreuses oeuvres du genre en offrant des vampires différents, originaux.

L’humour est toujours au rendez-vous, autant dans les dialogues que les situations, sans jamais tomber dans le ridicule ou la parodie.

Pour ces raisons, j’ai davantage aimé cette quatrième aventures des héritiers Dracula que les opus 2 et 3 (très bien mais il manquait ce petit quelque chose que l’on retrouvait dans le premier livre et dans le quatrième) et je vous le conseille chaleureusement.

Pour plus de détails sur la série Les Enfants Dracula, c’est ici.

 
2 Commentaires

Publié par le avril 29, 2011 dans Uncategorized

 

Dangereuses

On finit par constater, au fil des lectures ou des visionnements de films, qu’il y a certains types de personnages qui nous attirent, qui nous interpellent plus que d’autres, sans vraiment savoir pourquoi.

Dans mon cas, et ça ne fait pas si longtemps que je l’ai remarqué, j’adore les personnages féminins qui semblent saines d’esprit, timides… mais qui se révèlent étranges, torturées… voire dangereuses.

Ma mémoire me fait peut-être défaut mais ma première rencontre avec ce genre de personnage remonte au film Mad Love (réalisé par Antonia Bird, 1995) où Drew Barrymore interprétait avec talent une ado typique… ou presque! Aussi, dans le film The Crush (réalisé par Alan Shapiro, 1993), le même type de personnage, incarné par Alicia Sylverstone. Plus que révoltées, ces filles sont prêtes à tout pour garder leur amoureux. J’avais tout de suite adoré leur comportement excentrique, surprenant.

J’avais l’habitude d’enregistrer des films à la télévision, ceux qui étaient diffusés la nuit et que je regardais le jour suivant. Et un bon dimanche matin, printemps 1999, j’ai eu la surprise de ma vie en découvrant Repulsion (réalisé par Roman Polanski, 1965). Une jeune femme (premier rôle de Catherine Deneuve) qui semble tout à fait normale mais qui se révèle, peu à peu, torturée par de monstrueux souvenirs… étouffée par une peur fatale, celle des hommes. Wow! Je me souviens m’être dit que si je réaliserais un film, c’est à celui-ci qu’il ressemblerait.

À l’automne 2000, j’ai rencontré l’auteur Joël Champetier, lors d’une conférence sur la SFFQ qu’il donnait à l’UQAM sur l’heure du midi. Tout de suite après, je me suis précipité à la bibliothèque où j’ai emprunté La Peau Blanche, un des meilleurs romans québécois que j’ai lu, ou plutôt dévoré, je l’ai terminé la soirée même. Encore une fois, je suis tombé amoureux de ce personnage féminin bien ordinaire, en apparence… Une histoire d’amour qui se transforme en cauchemar.

Quelques années plus tard, alors que je travaillais au Archambault, à Sherbrooke, un ami m’a conseillé le film May (réalisé par Lucky McKee, 2002) en me disant que j’aimerais probablement ça. Je n’ai pas aimé, j’ai adoré. En fait, c’est rapidement devenu un de mes films préférés. Une jeune femme (Angela Bettis) qui ne sait pas comment se faire des amis, alors elle s’en fabrique. Au premier regard, May est belle, timide, douce, mais lorsqu’on la connait un peu plus, il est déjà trop tard.

Récemment, j’ai regardé le petit bijoux qu’est Black Swan (réalisé par Darren Aronofsky, 2010) où Natalie Portman chausse les souliers d’une ballerine qui sombre dans un tourbillon de folie, hanté par la jalousie, la pression, la compétition… jusqu’où ira le petit cygne noir pour réussir, pour conserver le premier rôle du spectacle?

Ce n’est que récemment que j’ai compris, en réunissant tous ces exemples et bien d’autres (mais ce billet commence à être dangereusement long, je l’avoue…), qu’il s’agissait là d’un type de personnage que j’adore, le genre d’intrigues que j’aime vivre.

Et vous, est-ce que vous aimez cet archétype de la veuve noire? Si oui, quels sont vos meilleurs films, livres du genre?

Sinon, quels genres de personnages vous branchent?

 
17 Commentaires

Publié par le avril 26, 2011 dans Uncategorized

 

Lecture no.15

Titre : « Bad trip au sixième ciel »

Auteur : Michel Châteauneuf

Éditeur : XYZ

Collection : Kompak

Année de parution : 2011

Résumé de quatrième de couverture : « Université d’Ottawa, résidence Stanton, printemps 1982. À la veille du Rapatriement de la constitution, un groupe d’étudiants désoeuvrés se défoncent sans ménagement : le narrateur, qui rêve de devenir le Lee Harvey Oswald du Québec en tirant sur la reine Élizabeth II, un pacifiste bègue souffrant de nucléophobie, un pusher franco-ontarien traqué par la GRC, un marxiste en manque de reconnaissance et un quart-arrière cocu. Autant de visages d’une certaine jeunesse confrontée au vide moral et existentiel. Bad trip au sixième ciel nous fait vivre, en temps réel, une hallucinante descente aux enfers sous l’effet des euphorisants! »

Commentaire de lecture : Mes attentes face à cette novella étaient élevées, j’avais adoré le précédent titre de Michel Châteauneuf, « La société des pères meurtriers » (Éditions Vents d’ouest, 2010). L’auteur connaît les tabous de la société mais surtout, il sait comment les exploiter, les exposer à la face du lecteur et ce, dans un style hautement maîtrisé. Si vous pensez que Senécal est fucké (j’haïs ce mot, mais bon, pour les besoins de la cause) et dérangeant, s’il-vous-plaît, lisez du Châteauneuf, de grâce! 🙂

Qu’en est-il de son petit dernier, « Bad trip au sixième ciel »?

Excellent.

Ça se lit en un souffle, comme un thriller, le souffle de la jeunesse, cette jeunesse perdue qui erre dans ce labyrinthe qu’est la résidence Stanton, véritable abîme où s’entremêlent et se confrontent les idéaux politiques, les enjeux culturels et les réflexions sociales…

Des personnages bien dépeints, réalistes, aux prises avec eux-mêmes, qui tentent de se sortir de ce cul-de-sac, à la veille de la visite royale, par la drogue mais aussi un calibre .38 chargé, prêt à tirer, prêt à régler tous les maux du monde…

Je vous le recommande sans hésiter. Si vous ne connaissez pas cet auteur, précipitez-vous de toute urgence chez votre libraire préféré!

Pour en savoir plus sur Michel Châteauneuf

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 22, 2011 dans Uncategorized

 

Lecture no.14

Titre : « Contre Dieu »

Auteur : Patrick Senécal

Éditeur : Coups de tête

Année de parution : 2010

Résumé de quatrième de couverture : « Que se passe-t-il dans la tête d’un homme lorsqu’il perd toutes ses raisons de vivre, quand tout ce qu’il a construit s’effondre? Que se passe-t-il quand on ne comprend pas pourquoi le sort s’acharne sur nous? Qu’est-ce qui nous retient alors de ne pas devenir monstrueux? Sur quoi construit-on sa vie lorsque plus aucune morale ne trouve prise sur nous?

Ta maison devient trop grande, tes amis commencent à t’énerver, tu disparais, tu te caches, tu coupes les ponts avec ta réalité, tu n’as même plus envie de voir ta propre famille. Tu ne cherches aucune aide, tu ne cherches personne. Tu ne veux plus rien. Tu as des idées noires, très noires. Et tu te mets à chercher un responsable. Et finalement, tu le trouves… »

Commentaire de lecture : Je suis un fan de Patrick Senécal… mais un fan de ses premières œuvres (5150 rue des Ormes, Le passager, Sur le Seuil et Aliss). Bien sûr, j’ai aimé « Les sept jours du Talion » et « Oniria » mais je ne ressens pas le besoin de les relire. Quant au duo « Le Vide » et « Hell.com », ça m’a fait décrocher, je ne retrouvais plus la magie des premiers livres. Pour moi, ce sont des thrillers corrects mais sans la touche particulière du maître de l’horreur québécois. On y retrace les thématiques habituelles mais sans plus. Pour être franc, j’avais perdu la flamme, l’intérêt.

C’est pourquoi à la sortie de « Contre Dieu », je ne me suis pas précipité pour l’acheter, pour le lire. Il y avait tout de même une petite part de moi, curieuse, qui désirait y jeter un oeil… avec l’espoir que l’auteur en profiter pour emprunter un chemin différent tant qu’à publier chez Coups de tête.

Est-ce que c’est le cas?

Dans le cas de ce lecteur-ci, oui. Surtout au niveau de la forme, ce qui montre que Senécal est encore capable de me surprendre et qu’il peut offrir autre chose que des thrillers de type best-sellers américain…  Sérieusement, « Contre Dieu » est un véritable coup de poing dans la gueule! Une unique phrase d’une centaine de pages (et pourtant, c’est un véritable page-turner), un tour de force littéraire qui ne met pas de côté une bonne histoire qui plaira aux amateurs des romans de Richard Bachman ou encore des films tels que Taxi Driver, où un personnage confronté à la solitude, à la fatalité de la vie, pète les plombs. Et la finale est mémorable, à mon sens.

J’ai terminé le livre avec le sourire. J’étais satisfait. Et j’ai bien hâte à l’automne prochain parce que Patrick Senécal marquera un retour dans le fantastique horrifique, après tous ces livres noyé d’un lourd réalisme, en publiant chez Alire un roman au mystérieux titre de Malphas…

Cette fois-ci, je vais le lire à sa sortie.

 
8 Commentaires

Publié par le avril 21, 2011 dans Uncategorized

 

Bien entouré

Une très bonne nouvelle m’attendait à mon retour du Salon International du Livre de Québec, ce blogue a été nominé pour le Prix Boréal dans la catégorie Fanédition.

J’y suis d’ailleurs très bien entouré, ce ne sera pas facile de choisir parmi toute cette sélection variée et intéressante…

Je tiens à vous remercier pour votre intérêt envers mon petit bout de terrain virtuel… sans vous pour le faire vivre, il serait mort il y a longtemps. 🙂

Voici le communiqué officiel :

La nouvelle est maintenant officielle au
http://www.prix-aurora-awards.ca/Francais/2011/nominations.html
Voici les nomination aux Prix Aurora/Boréal 2011: 

Prix Aurora/Boréal – Meilleur roman

* Chen, Ying: Espèces (Boréal)
* Côté, Héloïse: La tueuse de dragons (Alire)
* Fortin, Mathieu: Le serrurier (Coups de tête) 

Prix Aurora/Boréal – Meilleure nouvelle

* Bellavance, Dominic: Sintara et le scarabée de Mechæom (Les Six Brumes)
* Bolduc, Claude: « Entre les bras des amants réunis (révision) »
(Entre les bras des amants réunis, Vents d’Ouest)
* Côté, Philippe-Aubert: « Pour l’honneur d’un Noham » (Solaris 176)
* Fournier-Goulet, Geneviève : « Les pantoufles de Louis XVI »
(Solaris 175)
* Rocheleau, Carl: L’Aquilon (Les Six Brumes) 

Prix Aurora/Boréal – Meilleurs ouvrages

* Bolduc, Claude (Entre les bras des amants réunis : Recueil, Vents
d’Ouest)
* Fortin, Mathieu (Morphoses : Recueil, Les Six Brumes; critiques,
Brins d’éternité 27; critiques, Solaris 173 et 176)
* Gaudreault, Marc Ross («Amazing Stories et l’émergence de la
science-fiction», Solaris 176)
* Solaris (Revue. rédacteur en chef: Joël Champetier)
* Voisine, Guillaume (Brins d’éternité 26-27) 

Prix Aurora/Boréal – Meilleure Bande dessinée

Dû au nombre insuffisant de nominations, ce prix ne sera pas décerné
cette année. (Une catégorie doit compter au moins trois œuvres avec au
moins cinq nominations pour être décernée.)

Prix Aurora/Boréal – Meilleur poème ou chanson

Dû au nombre insuffisant de nominations, ce prix ne sera pas décerné
cette année. (Une catégorie doit compter au moins trois œuvres avec au
moins cinq nominations pour être décernée.)

Prix Boréal – Création artistique audiovisuelle

* Carpentier, Olivier (Illustrations : Entités 2: Trahisons)
* Charlebois, Karine (Illustrations : Solaris 176)
* Fromenteau, Grégory (Couverture : Solaris 174, Solaris 176, La
Tueuse de dragons)
* Leblanc, Gabrielle (Couvertures : Morphoses et Sintara;
illustrations : Clair/Obscur #7)
* Pageau, Marc (Couvertures : Brins d’éternité 27 et Nexuz3 5)
* Sybiline (Lajoie, Chantal) (Couvertures : Solaris 173, Solaris 175
et Brins d’éternité 26) 

Prix Boréal – Fanédition

* Ariane Gélinas – http://herelys.blogspot.com/
* Asile – http://a-s-i-l-e.blogspot.com/
* Brins d’éternité – http://www.revue-brinsdeternite.com/
* Jonathan Reynolds – https://aveugle.wordpress.com/
* Richard Tremblay – http://lermitederigaud.blogspot.com/

C’est au Congrès Boréal, qui aura lieu à l’Hotel Espresso de Montréal
du 13 au 15 mai 2011, que se dérouleront à la fois le vote et la
cérémonie de remise du Prix Aurora/Boréal. Au plaisir de vous y voir!

 
14 Commentaires

Publié par le avril 20, 2011 dans Uncategorized

 

Silence radio

Ce bref billet sera le seul que je publierai sur mon blogue pour cette semaine et la prochaine.

– Cette semaine, je suis au Salon du livre d’Edmundston où j’ai été invité pour la deuxième année. En plus de hanter le salon, je vais effrayer 6 classes d’élèves qui devront se montrer courageux face à ma présentation : « Les histoires de peur, c’est tripant! »

– La semaine prochaine, je serai au Salon International du livre de Québec où je signerai à deux endroits : au kiosque des Éditions Z’ailées (422) et au kiosque des éditions Alire (928) pour ma nouvelle « La mort de Vanessa Paradis » parue dans le numéro 38 de la revue Alibis dont voici la couverture :

Bonne(s) semaine(s)!

 
4 Commentaires

Publié par le avril 5, 2011 dans Uncategorized