Dangereuses

On finit par constater, au fil des lectures ou des visionnements de films, qu’il y a certains types de personnages qui nous attirent, qui nous interpellent plus que d’autres, sans vraiment savoir pourquoi.

Dans mon cas, et ça ne fait pas si longtemps que je l’ai remarqué, j’adore les personnages féminins qui semblent saines d’esprit, timides… mais qui se révèlent étranges, torturées… voire dangereuses.

Ma mémoire me fait peut-être défaut mais ma première rencontre avec ce genre de personnage remonte au film Mad Love (réalisé par Antonia Bird, 1995) où Drew Barrymore interprétait avec talent une ado typique… ou presque! Aussi, dans le film The Crush (réalisé par Alan Shapiro, 1993), le même type de personnage, incarné par Alicia Sylverstone. Plus que révoltées, ces filles sont prêtes à tout pour garder leur amoureux. J’avais tout de suite adoré leur comportement excentrique, surprenant.

J’avais l’habitude d’enregistrer des films à la télévision, ceux qui étaient diffusés la nuit et que je regardais le jour suivant. Et un bon dimanche matin, printemps 1999, j’ai eu la surprise de ma vie en découvrant Repulsion (réalisé par Roman Polanski, 1965). Une jeune femme (premier rôle de Catherine Deneuve) qui semble tout à fait normale mais qui se révèle, peu à peu, torturée par de monstrueux souvenirs… étouffée par une peur fatale, celle des hommes. Wow! Je me souviens m’être dit que si je réaliserais un film, c’est à celui-ci qu’il ressemblerait.

À l’automne 2000, j’ai rencontré l’auteur Joël Champetier, lors d’une conférence sur la SFFQ qu’il donnait à l’UQAM sur l’heure du midi. Tout de suite après, je me suis précipité à la bibliothèque où j’ai emprunté La Peau Blanche, un des meilleurs romans québécois que j’ai lu, ou plutôt dévoré, je l’ai terminé la soirée même. Encore une fois, je suis tombé amoureux de ce personnage féminin bien ordinaire, en apparence… Une histoire d’amour qui se transforme en cauchemar.

Quelques années plus tard, alors que je travaillais au Archambault, à Sherbrooke, un ami m’a conseillé le film May (réalisé par Lucky McKee, 2002) en me disant que j’aimerais probablement ça. Je n’ai pas aimé, j’ai adoré. En fait, c’est rapidement devenu un de mes films préférés. Une jeune femme (Angela Bettis) qui ne sait pas comment se faire des amis, alors elle s’en fabrique. Au premier regard, May est belle, timide, douce, mais lorsqu’on la connait un peu plus, il est déjà trop tard.

Récemment, j’ai regardé le petit bijoux qu’est Black Swan (réalisé par Darren Aronofsky, 2010) où Natalie Portman chausse les souliers d’une ballerine qui sombre dans un tourbillon de folie, hanté par la jalousie, la pression, la compétition… jusqu’où ira le petit cygne noir pour réussir, pour conserver le premier rôle du spectacle?

Ce n’est que récemment que j’ai compris, en réunissant tous ces exemples et bien d’autres (mais ce billet commence à être dangereusement long, je l’avoue…), qu’il s’agissait là d’un type de personnage que j’adore, le genre d’intrigues que j’aime vivre.

Et vous, est-ce que vous aimez cet archétype de la veuve noire? Si oui, quels sont vos meilleurs films, livres du genre?

Sinon, quels genres de personnages vous branchent?

Publicités

17 réflexions sur “Dangereuses

  1. Cet archétype n’est pas tout à fait celui de la veuve noire (qui semble souvent perdue, malchanceuse, en manque de protection, mais qui traîne une aura sulfureuse, plus proche de la femme fatale), mais plutôt celui de l’Ève tentatrice, qui trompe par son innocence, à qui on donnerait le bon dieu sans confession.

    Lol! Je ne me livrerai pas à une analyse psychanalitique à deux sous au sujet de ton engoûment pour ce genre de personnage, mais je vais rire dans mon coin! :p

  2. Ouf! Une chance que j’ai pas répondu ce matin, Gen m’aurais psychanalysé moi aussi! C’est que j’aime moi aussi cet archétype décrit dans ce billet.

    @Gen Je suis un peu inquiet de l’analyse que tu feras de mes textes quand tu auras l’occasion de les lire…

  3. @Gen : J’aime bien le nom : l’Ève tentatrice. 🙂 Héhé, rira bien qui rira le dernier! ;-p

    @Frédéric : Haha! 🙂 Quels films ou livres tu aimes dans lesquels on retrouve ce genre de personnage?

  4. @Jonathan J’ai pas beaucoup de temps pour y réfléchir et faire un liste exhaustive, mais vite comme ça, je dirais Finishing Touches de Thomas Tessier. C’est l’histoire d’un médecin américain qui arrive en Angleterre pour travailler et qui tombe amoureux de l’assistante de son patron, qui l’entraîne dans un cercle vicieux des perversion (je ne veux pas trop en dire). Je l’ai lu alors que j’étais en stage en Californie, alors moi aussi j’étais dépaysé, ce qui a surement amplifié l’effet du livre. J’avais adoré.

    • Oui, j’avais pensé à Lolita (un de mes films préférés) mais c’est un cas à part. Elle est dangereuse, oui, mais c’est davantage l’homme, le personnage de Jeremy Irons, qui est dangereux dans ce film, c’est lui qui est prêt à tout pour la nymphette. Mais un de ces jours, je vais écrire un petit billet sur ce petit bijou de film. 🙂

      Je n’ai jamais vu Teeth… mais ça m’intéresse!

  5. À Fantasia, il y a quelques années, j’ai vu The Red Shoes, un film asiatique (coréen, si ma mémoire est bonne). C’est exactement le genre de personnage féminin que tu aimerais.

    • Cool! Je suis très content que tu aies adoré May!
      🙂 Je te conseille moi aussi fortement Black Swan.
      Ton pire cauchemar… c’est vraiment terrifiant!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s