RSS

À la main ou à la machine?

05 Juil

1) À la main

2) Avec une machine à écrire

3) À l’ordinateur

Quelle est la meilleure manière d’écrire une histoire? Il n’y a pas d’autres bonnes réponses à cette question que celle-ci : de votre manière. C’est vous le maître, non?

Pour ma part, j’ai essayé les trois manières. Et même si la plus simple est la dernière (puisque, bien entendu, peu importe la méthode utilisée, vous devez retranscrire le tout dans un traitement de texte sur ordinateur…), j’aime bien à l’occasion écrire à la main, ça donne moins mal aux yeux à la longue.

Quand j’étais au secondaire, j’écrivais toutes mes nouvelles au crayon à mine HB (j’ai encore tous ces manuscrits dans une valise) avant de les retranscrire, une fois terminée, sur WORD. Je ne sais pas exactement pourquoi mais je préférais ce logiciel à WORDPERFECT.

À chaque fois que je prends l’autobus en direction d’un salon du livre, j’emporte avec moi quelques crayons HB et un cahier pour écrire car je n’ai pas d’ordinateur portable.

Mais la seule fois où je me suis servi des trois manières mentionnées ci-haut est lors de la rédaction de mon recueil de nouvelles « Silencieuses » qui a commencé en septembre 2007 pour se terminer quelque part au printemps 2008. Je voulais m’amuser, je voulais jouer, varier. Pour certaines des histoires, je commençais à la main, dehors dans un parc, avant de passer à l’ordinateur, pour d’autres je sortais une machine à écrire qui appartient à ma copine et je jouais à l’image qu’on a parfois d’un écrivain qui tape à la machine.

Et vous, de quelle manière écrivez-vous?

Publicités
 
8 Commentaires

Publié par le juillet 5, 2011 dans Uncategorized

 

8 réponses à “À la main ou à la machine?

  1. Jean-Louis

    juillet 5, 2011 at 12:44

    Je n’ai pas utilisé une machine à écrire pour mes fictions depuis les années 80. Je ne crois pas avoir écrit une nouvelle complète à la main depuis le début des années 90 (à l’exception possible de quelques nouvelles ultra-courtes). Avant les années 90, j’écrivais beaucoup à la main, toutefois, et j’ai complété plusieurs premiers jets de nouvelles (voire de romans, mais je n’en suis pas certain) à la main et au crayon.

    Par contre, il m’arrive encore d’écrire quelques lignes ou quelques paragraphes à la main que je vais incorporer ensuite dans le fichier informatique. Inversement, donc, je n’ai sans doute pas complété tant de textes que ça uniquement à l’ordinateur. Ce seront principalement les nouvelles les plus courtes et les moins retravaillées que je n’aurai jamais retouchées ou enrichies de passages d’abord écrits à la main.

     
  2. Guillaume Houle

    juillet 5, 2011 at 12:57

    J’avais oublié ça, pour Silencieuses!

    En ce qui me concerne, je suis rendu à distinguer la 1ère et la 3e méthode : je tape à la machine pour le travail, et j’écris à la main lors des activités mensuelles des Quinzes, un cercle d’écriture en Estrie.

    Sinon, il y a de quoi devenir fou à jouer du clavier 7 jours sur 7, jour et soir. En vieillissant, je me rends compte que mes mains se fatiguent à répéter les mêmes opérations. Taper au clavier n’est plus aussi facile qu’avant…

     
  3. Frédéric Raymond

    juillet 5, 2011 at 1:19

    En général, j’écris à l’ordinateur. C’est tout naturel de la part d’un bio-informaticien… Cependant, depuis quelques mois, j’écris aussi à la main, surtout quand je ne suis pas à la maison. J’ai découvert que je pouvais profiter des transports en commun pour avancer mes textes, alors j’en profite. Cependant, la retranscription reste une étape qui ne me plait pas trop.

     
  4. Federico alonso

    juillet 5, 2011 at 1:28

    Moi j’ai pas chercher à me casser le bicycle, je me suis acheté un portable qui permet de saisir l’écriture en cursive et qui la transpose dans Word automatiquement toutes les trois ou quatre lignes. C’est très agréable surtout que ça permet de conserver une belle caligraphie puisqu’à la longue l’interface reconnait les formes qui reviennent régulièrement et corrige si nécessaire.
    Ça fait deux ans que je l’ai et je serais incapable de m’en séparer!

     
  5. Démie

    juillet 5, 2011 at 1:31

    On a eu un ordinateur en 1990 chez-nous; « mes premiers livres » (car j’ai commencé à écrire « de façon sérieuse » à 9 ans) étaient tous écrit à la main, mais dès l’arrivé de l’ordi à la maison, j’ai sauté dessus pour écrire. Ma mère m’a montrée les bases pour Wordperfert DOS (et moi je lui ai montré la base quand c’est passé à sur Windows!)

    Et j’ai aussi eu un cours de rapido-dactylo au secondaire, donc pour moi, c’est ordi all the way! Écrire à la main, c’est pour prendre des notes ou faire des plans, quand je n’ai pas accès à mon ordi, et c’est de plus en plus rare depuis que je travaille de la maison et que je n’ai plus à me déplacer en transport en commun.

    J’ai tellement pu l’habitude d’écrire à la main que j’ai mal aux doigts ou à la main ben plus vite que j’ai mal aux yeux à l’ordi!! Mais il faut dire aussi que depuis toujours, mes emplois ont été devant un ordinateur. Si l’écran est moindrement de bonne qualité et que je prends le temps de regarder ailleurs quand je réfléchie à ce que j’écris, je n’ai plus mal aux yeux.

     
  6. Gen

    juillet 5, 2011 at 2:19

    Je ne prends que des notes à la main. Je tape à 60-70 mots à la minute à l’ordinateur, alors pour moi écrire à la main, c’est comme essayer de ramper à la poursuite d’idées qui elles, courent le marathon. J’ai essayé, mais ça me rend folle!!!

    Et pour ce qui est de la machine à écrire. Douloureux (et bruyants) souvenirs de mes premières années de travail où il fallait remplir des formulaires à la dactylo!!! Jamais je n’utiliserais ces engins pour le plaisir!

     
  7. Carl

    juillet 5, 2011 at 5:56

    Je préfère écrire à la main et raturer les passages (au lieu de les effacer à l’ordinateur). On aura beau dire ce qu’on voudra, impossible de retourner en arrière de trois jours pour retrouver la formulation qu’on a tant aimé mais qui ne fonctionnait pas et qu’on a effacée… Avec l’écriture manuscrite, pas de problème.

    J’ai écrit une fois une roman complet sur Word. Le plus long que j’aie écrit de ma vie. Un soir, j’écoute une émission avec ma blonde et l’ordi s’éteint. Disque dur rayé, perte de toutes les données. Je n’avais pas fait de copie de sauvegarde depuis un mois, un mois de congé durant lequel j’avais écrit 200 pages. À cette époque, les clés USB coûtaient la peau des fesses, alors je n’en avais qu’une de 32 mo et je l’avais laissé à un ami pour l’été.

    Cela dit, ça fait longtemps et je m’en remets. Le roman jeunesse sur lequel je travaille est complètement écrit à l’ordinateur et sauvegardé en plusieurs endroits.

    Bon, j’arrête de taper. Bon sujet, Jonathan.

     
  8. Isabelle

    juillet 5, 2011 at 11:53

    Un mixte du premier et du troisième choix. Il fû un temps où mon homme monopolisait MON portable, alors j’écrivais dans de beaux cahier. J’ai écrit toute la nouvelle Dans le noir… des choses à la main, premier, deuxième et troisième jet car je l’ai principalement travaillé au travail pendant mes pauses. J’ai même utilisé la méthode du surligneur pour retrouver mes répétitions.

    Maintenant, j’ai plus tendance à écrire à l’ordi, mais j’ai encore des cahiers Canada et des stylo qui traîne dans ma sacoche pour mes idées, mes plans, etc.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :