Nocturne 2012

La réédition, chez les Éditions Porte-Bonheur, de mon roman NOCTURNE (Éditions, Les Six Brumes, 2005) verra le jour cet automne. D’abord prévue pour juin 2012, cette nouvelle mouture de mon roman d’épouvante sortira à temps pour l’Halloween.

Image

Même si j’ai très hâte de le tenir entre mes mains, je suis content que ce soit repoussé… ainsi, ça cadrera parfaitement avec le temps de l’année où se déroule l’histoire : quand les arbres s’endorment et que leurs feuilles meurent, que les journées raccourcissent et que les ombres, elles, se déploient…

Image

J’ai hâte de vous faire visiter à nouveau la mystérieuse ville d’Innstown… et, cette fois, sans les maladresses de style dont souffrait ma plume il y a sept ans.

Jusqu’à présent, j’ai vu une ébauche de la nouvelle page couverture et je suis TRÈS content. C’est très différent de la première et c’est tant mieux. Pour bien distinguer les deux versions et marquer un pas en avant.

Pour l’instant, tout ce que je peux vous dévoiler, c’est que si la couverture originale (2005) était très rouge, la nouvelle (2012) baigne plutôt dans des teintes bleutées… Plus de détails bientôt.

Image

Publicités

Les culottes baissées

Wow! Il a fallu que je lise le billet de Geneviève Blouin sur son blogue pour allumer que mon propre blogue fêtait ses 3 ans d’existence en mai. Bon, je suis pas mal en retard, moi là… 🙂

Les deux anniversaires précédents, j’avais une nouvelle sous la main, une récente et une écrite quand j’étais adolescent. Là, je n’en ai pas. Je me suis fait prendre les culottes baissées, comme qui dirait.

Mais qu’à cela ne tienne, je souligne l’évènement en invitant sur ce blogue une invitée venue tout droit des limbes infernales (et euh… ne la contrariez pas, elle n’est pas d’humeur…) :

Image

Déjà, je sens que mon blogue m’a pardonné mon oubli… Quoi? Il manque un gâteau? Vous avez bien raison, bon, voici ce que j’ai sous la main, je ne suis pas sûr, par contre, qu’il soit encore très frais :

Image

BONNE FÊTE DE 3 ANS, BLOGUE ! 🙂

Été de terreur!

Films d’horreur et saison estivale? Et oui, ça va de soi : en pleine chaleur, faites-vous frissonner!

Vous cherchez quelques suggestions de films d’horreur dont l’action se déroule en été? En voici quelques-uns :

THE BURNING

Image

Un tueur armé de longs ciseaux… Un camp de vacances insouciant du danger… Carnage sous le soleil!

 

SUMMER OF FEAR

Image

Une adolescente hantée par de mystérieux pouvoirs… Des secrets lui seront bientôt dévoilés!

 

SLEEPAWAY CAMP

Image

Une jeune fille aussi silencieuse que dérangée… Un été idyllique au camp de vacances… Jusqu’à ce que…

 

TEXAS CHAINSAW MASSACRE

Image

Une canicule étouffante au Texas… Des jeunes voyageurs naïfs… Le ronronnement d’une scie-à-chaîne… 

 

FRIDAY THE 13TH

Image

Une légende sanglante… Des campeurs qui ont la vie devant eux… et un couteau sur la gorge!

 

PIRANHA 3D

Image

 Jolies filles en bikini… Promesse d’un été chaud, chaud, chaud… et gore à souhait! 

*

Et vous, avez-vous des suggestions de films d’horreur qui se déroulent l’été?

Un souvenir retrouvé!

En novembre 2011, je publiais sur ce blogue une liste des albums cultes de mon adolescence (billet).

J’y mentionnais que si je retombais dans une vente de garage ou un disquaire d’occasion sur DECADE OF DECADENCE du groupe Motley Crûe, je l’achèterais.

Image

Et bien, en ce mois de juin 2012, c’est fait! Et j’en suis très content. Oui, je pouvais retrouver ces pièces sur internet et ce, très facilement. Mais pour moi, l’objet disque (ou film ou livre) est très important. Ça me permet de distinguer ce qui est important pour moi (avoir l’objet) de ce qui l’est moins ou pas du tout (pas besoin d’avoir l’objet dans ce cas).

Voici quelques extraits de DECADE OF DECADENCE en vidéo (Attention les yeux! C’est kitch à souhait!)

 Vidéo de SMOKING IN THE BOYS ROOM

Vidéo de LIVE WIRE

Vidéo de LOOK THAT KILL

AH! Ça fait du bien! 🙂

Quelques photos

Hier, samedi le 9 juin, c’était le lancement collectif des Éditions Porte-Bonheur, avec Pierre H. Charron (auteur de L’initié), Valérie Larouche (auteure de la série Nellie) et moi-même.

Vraiment, ça a été super! Un gros merci à Valérie et à toute l’équipe des Productions Val-Véro pour cette célébration réussie!

Et un merci tout spécial à notre éditeur, Pierre Lavigne, pour sa présence parmi nous et son discours bref et touchant.

Voici quelques photos de l’après-midi en compagnie d’une gente dame et de deux clowns :

Image

*

Pendant que Pierre H. Charron pense à son prochain livre… un jeune loup en profite pour séduire la belle :

Image

*

Pierre H. Charron : Écoute, le jeune, j’vas t’apprendre à cruiser ma femme, moé!

Jeune loup : Heille! J’ai jamais fait ça!

Image

Pierre H. Charron : Niaise-moé pas, j’t’ai vu faire!

Jeune loup : TROP TARD! LE MENVATT DOIT T’ÉLIMINER MAINTENANT!!!!

Image

*

Deux auteurs, Pierre et Valérie, en pleine signature… et un clown endormi sur la table.

Image

*

Image

La souriante Isabelle Lauzon et sa fille, dont c’était le premier lancement (Héhé! Maintenant, il est trop tard, tu as la piqûre et tu voudras en voir plein d’autres!!!)  

*

Mais les véritables vedettes de ce lancement, c’était elles : 

Image

*

Plus de photos à venir sous peu…

Chambre 426

Image

Titre : Chambre 426

Auteur : Madeleine Robitaille

Éditeur : De Mortagne

Année de parution : 2011

 

Résumé de quatrième de couverture : Un hôpital psychiatrique. Des patients. Le 31 octobre. Un soir de pleine lune. La chambre 426. Fin.

 

Commentaire de lecture : Il y a quelques années, j’avais lu et adoré Le quartier des oubliés, premier roman de Madeleine Robitaille. Un thriller d’une redoutable efficacité qui ne m’avait pas laissé indifférent.

Et voici qu’à l’automne 2011 est paru le quatrième livre de cet auteur de talent : Chambre 426. J’étais intrigué autant par le titre, le court résumé et la couverture. La semaine passée, je l’ai lu et j’avoue qu’il est aussi bon sinon meilleur que son premier.

Chambre 426 présente une intrigue prenante, voire étouffante autant pour la personnage principale, Annabelle, que pour le lecteur. Le genre d’histoire mystérieuse, très noire, dont on veut connaître la fin. Pour moi, ce roman est rapidement devenu un page-turner. Surtout que Madeleine Robitaille a réussi à créer une ambiance particulièrement sombre, propice aux doutes qui hantent Annabelle dès les premières pages. Il y a quelques scènes frappantes et bien pensées qui me resteront un bon bout temps dans la mémoire.

Je le recommande sans hésiter à tous les amateurs de thriller psychologique à la Jacob’s Ladder ou, plus près de nous, Le passager, de Patrick Senécal.