RSS

J’aurais préféré ne jamais me réveiller

30 Juin

Je n’ai pas osé entrer dans la maison. Le toit est un bon compromis. Où puis-je aller d’autre? J’ai déjà tenté de fuir loi, de rouler sur l’autoroute jusqu’à… mais quand j’ai rouvert les yeux, après une nuit imposée, j’étais de retour chez moi. Chez lui? Oui, ce serait plus juste de nommer les choses ainsi. Sans mentir. Mon corps ne m’appartient presque plus, alors cet endroit… encore moins.

Aujourd’hui, je ne pense pas avoir perdu connaissance et lui avoir abandonné les commandes. Heureusement, il n’a pas faim chaque jour. Ça prend du temps, digérer un corps humain. Et mon âme, elle, combien ça lui prendra de temps pour l’engloutir, l’anéantir jusqu’à la dernière parcelle de vie?

Avant, j’étais endormie. Comme Bromptonville en ce moment, où les rues sont désertées peu à peu. 

J’aurais préféré ne jamais me réveiller.

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

*

Image

 

Extraits de la novella SAM, publiée dans l’anthologie AGONIES, 2011

Photos : Jonathan Reynolds et Julie Ray, 2014

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le juin 30, 2014 dans Uncategorized

 

2 réponses à “J’aurais préféré ne jamais me réveiller

  1. Carl

    juillet 1, 2014 at 11:24

    Cool, bon concept.

     
    • aveugle

      juillet 1, 2014 at 1:01

      Je suis content que tu aimes, Carl!🙂

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :